Acclimatation

Green Pandemonium

Conçu comme un second volet de l’exposition « Acclimatation, Green Pandemonium » ayant eu lieu au Centre National d’Art Contemporain à la Villa Arson à Nice en 2009, cet ouvrage, théorique et visuel, interroge la notion d’écologie, les rapports de l’art à l’idée de nature.

Acclimatation s’accorde à livrer un visage artificiel et souvent cynique d’une nature facile à vivre et hautement synthétique. L’essai de Bénédicte Ramade insiste sur l’effet d’empoisonnement par la morale de la question de nature, de son extension vers l’écologie et son assimilation à une punition. Une première entrée entend aborder les rapports entre anticipation et écologie dans la littérature et le cinéma de science-fiction. La catastrophe naturelle et l’apocalypse émaillent tant les premiers ouvrages de J.G. Ballard qu’un film comme Silent Running de Douglas Trumbull. Un second texte de Bénédicte Ramade s’emploie à remarquer la situation actuelle des pratiques basées sur la déviance et l’impureté. En complément à cette approche, une analyse critique de l’exposition sera confiée à Éric Mangion, directeur du CNAP Villa Arson. En conclusion, comment envisager le pouvoir créateur de la civilisation contemporaine dont une des grandes perspectives semble être le tout plastique. Pour preuve, la formation d’un sixième continent au large des côtes américaines, dans l’océan pacifique et toujours pas représenté !