Alain Kirili

Exposition(s) :
Le Baiser
Galerie Carrée, Villa Arson, Nice
22 février – 29 mars 1992

C’est à la suite de l’été 1991, au cours duquel Alain Kirili investit deux ateliers à la Villa Arson, qu’est organisée l’exposition de ses 47 sculptures dans la Galerie Carrée. Dans le catalogue, l’artiste décrit la création de ces pièces en insistant, notamment, sur l’influence conjointe d’un concert de Miles Davis aux Arènes de Cimiez et des « femmes en ciment » de Picasso au Château d’Antibes. Les œuvres produites par Kirili reposent toutes sur un socle en bois de forme pyramidale d’inspiration nettement brancusienne, mais elles se divisent en deux groupes opposés avec, d’un côté, les sculptures en terre de Biot et Vallauris et, de l’autre, celles en marbre de Carrare. Les textes critiques de Christian Bernard et d’Hubert Charbit mettent l’accent sur la dimension antagoniste des gestes et des formes qui composent ces deux séries de travaux, entre modelage et taille, situant le travail de Kirili entre incarnation et spiritualité.