Christophe Berdaguer Marie Péjus

« Christophe Berdaguer et Marie Péjus, couple d’artistes travaillant à Marseille, cultivent le goût des paradoxes et de l’humour noir. Ils utilisent l’art du dysfonctionnement pour révéler et tourner en ridicule les terreurs ou traumas enfouis en chacun de nous. Leurs travaux paraissent comme extraits d’une fiction. Brute et sans attache. On frôle le malaise, parfois le dégoût… Christophe Berdaguer et Marie Péjus entretiennent le trouble. Ils en développent un regard violent et distancié. Regard préservé d’une dérive maladive, voyeuriste ou morbide. Aucune tentative d’aseptisation ou de complaisance. »
Guillaume Nez

« Depuis quelques années Christophe Berdaguer et Marie Péjus ont réalisé ainsi des fils barbelés en laine rouge, un village de cafards, une plante à pop-corn, un trou béant dans un mur gavé d’aliments sucrés. Ils sont aussi les auteurs d’un journal intime « Al » qui raconte l’histoire d’un homme-tronc sourd et muet.
À la Villa Arson, trois œuvres sont présentées pour la première fois :
– un ensemble de figurines, à leur effigie, qui subissent des tortures, des mutilations et des humiliations ;
– une série de dessins d’architecture utopique, Les maisons qui meurent, produite par l’architecte Rudy Ricciotti. La durée de vie de la maison est celle moyenne d’un homme et sa disparition est soigneusement programmée dans différents processus ;
– deux piscines glauques dans lesquelles l’eau chlorée est remplacée par l’urine artificielle.

Christophe Berdaguer et Marie Péjus ont participé depuis 1993 à plusieurs expositions collectives à Nice, à Marseille ou à Paris (Ateliers de l’ARC, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 1994). En 1996, ils furent artistes résidents au Centre d’Art de Pougues-les-Eaux. Cette exposition est leur première exposition personnelle. »
(communiqué de presse de l’exposition)