Germinations 9

European projects for young artists

« La première Biennale des Écoles d’Art, confrontation de jeunes créateurs présentés par l’école où ils achèvent leurs études, s’ouvre par une exposition de travaux d’étudiants français et allemands. L’intérêt de cette rencontre n’est pas à mes yeux d’aiguiser une rivalité dérisoire ou de rechercher d’éventuelles convergences. Il réside plutôt dans l’émulation et dans l’approfondissement des différences. C’est en jouant délibérément les spécificités nées des enracinements historiques, géographiques et culturels que se dessineront les « cent visages » de l’Europe.
Car cette exposition sera, je l’espère, suivie de rencontres avec la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne et la Belgique, avant de s’offrir à des pays plus lointains du Nord ou du Sud.
Il est passionnant de voir associées à des degrés divers, dans cette manifestation d’art plastique, l’éducation et la formation, la recherche, la création et la diffusion. Ces formes multiples d’expression des arts plastiques doivent en effet toutes concourir au développement de notre culture.
La création en est le cœur. Les créateurs n’ont-ils pas d’abord besoin d’être écoutés, entendus, encouragés, surtout s’ils sont jeunes ?
Là où s’ébauche la création, dans l’école ou hors d’elle, s’esquisse l’avenir qui doit appeler notre inquiète attention. »
Mots de bienvenue prononcés par Jack Lang, Ministre de la Culture, lors de l’inauguration de Germinations 1 en 1982

Cette Biennale des écoles d’art françaises et allemandes, mise en place par Georges Boudaille et l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse en 1981-82, a pris très rapidement une dimension européenne.
Germinations 2 a accueilli les écoles britanniques, Germinations 3 les écoles néerlandaises et Germinations 4 a réuni les écoles des quatre pays.

Sur la demande de la Division Culturelle de la Commission des Communautés Européennes, Germinations a ensuite ouvert ses portes aux autres états membres de la Communauté européenne.
Au niveau des contenus, Germinations a également connu une évolution permanente.
Pour la préparation de Germinations 10, le comité de coordination est convenu d’organiser des ateliers sur des thèmes ou des médias spécifiques, de réduire le nombre de participants par atelier à huit ou dix personnes et en même temps d’augmenter le nombre d’ateliers. Chaque atelier sera couronné par une exposition correspondante mais devra également former une entité indépendante qui devrait constituer une « section » d’une exposition globale regroupant tous les ateliers. Chaque atelier et chaque exposition relèvera de la compétence d’un jeune critique d’art afin de favoriser la coopération entre les jeunes artistes et les critiques au sein de Germinations.

Germinations s’appuie sur les écoles des Beaux-Arts en Europe. Elles seules sont habilitées à proposer les jeunes artistes pour y participer car elles sont devenues l’un des rares espaces d’expérimentation, de réflexion et de liberté face à l’uniformité croissante que fait peser le milieu marchand sur la création contemporaine. La sélection peut également être effectuée auprès d’artistes qui ont terminé leurs études depuis trois ans. Germinations se place ainsi à la charnière de la formation et de l’accès à la vie professionnelle. Elle présente au public de jeunes talents qui s’imposent naturellement sur le marché de l’art sans que ce dernier n’ait toutefois été associé à leur sélection.

Germinations a pour mission :
– de permettre aux artistes de faire leurs premiers pas dans la profession ;
– de diffuser des informations sur la situation professionnelle et sociale des artistes en Europe ;
– de permettre aux artistes de nouer des contacts et de coopérer lors d’ateliers dans le but d’instaurer peu à peu un réseau relationnel à l’échelle européenne.

En 1996-97, l’exposition Germinations 9 sera présentée dans les lieux suivants :
– Sprava Prazského Hradu, Prague ;
– Villa Arson, Nice ;
– Tutesall, Luxembourg ;
– NN, Copenhague.
(communiqué de presse de l’exposition)