Gilbert Caty

« Les grandes explorations géographiques de la surface de la Terra s’achèvent – ou presque – beaucoup plus tard qu’on ne le pense ordinairement ; plus précisément entre 1909, l’année de l’expédition Peary au pôle Nord, et 1911, celle de l’expédition au  pôle Sud d’Amundsen. On est en pleine affervescence futuriste, sur le point de constater que les grandes explorations des modes de représentation sont, elles aussi, en voie d’achèvement. Gilbert Caty est le petit-fils de cette conscience-là, moins un héritier de Duchamp que de Toroni. C’est à ce dernier qu’il doit la radicalité de son identité de peintre, un format de cinquante centimètres sur cinquante centimètres, à l’intérieur duquel tout peut être art et lui appartenir, jusqu’à la peinture d’autres artistes qu’il sollicite à côté de son travail personnel au fur et à mesure des rencontres, et qu’il collectionne. »
(texte de Jean-Philippe Vienne, extrait de la publication)