Michel Rossigneux

« En construisant, sous la forme d’un système de souterrains, un espace métaphorique de l’intériorité, ombreux et matriciel, l’artiste inverse les conditions habituelles de perception de la sculpture. Il ne nous montre pas un objet dialoguant avec un lieu, il projette un espace autonome sans extériorité autre que celle de la substance terrestre dans laquelle il est creusé. L’absence de références sitologiques, géographiques, historiques, en nous privant des repères qui définissent notre situation dans la réalité, redouble l’idée d’une intériorité coupée du monde et nous renvoie à un non-lieu ou pour mieux dire en paraphrasant le néologisme fameux forgé par Thomas More, à une utopie. »
(texte Jean-Marc Réol, extrait de la publication)