Simon Starling

« Simon Starling est un dilettante précis et organisé, une espèce de touriste culturel qui traverse, recycle et raboute les déterminations éparpillées du modernisme (dans le design et dans l’architecture notamment). Il aime les déplacements, les rapprochements incongrus et surtout multiplier les détours pour parvenir à ses fins. Construire et faire voler un planeur (Le jardin suspendu, 1998), cuire un œuf (Burn-Time, 2000) ou du poisson (Blue Boat Black, 1997) deviennent, pour Starling, des entreprises complexes et tortueuses, aventureuses même. Simon Starling s’attache à re-faire, sous des contraintes nouvelles, ce que d’autres ont (souvent industriellement) déjà réussi avant lui. Chaque étape de chaque processus de fabrication est démontée, analysée et reproduite, le plus souvent à la main. Parfois, les œuvres naissent d’une hybridation inattendue, les matériaux subissant une véritable métamorphose. Ainsi transforme-t-il littéralement une chaise Eames en vélo Martin Sausalito et vice-versa (Work, Made-ready). En l’extirpant des habitudes de vision et des usages qui lui confèrent à la longue l’évidence d’une nature, Simon Starling réouvre pour l’objet, les possibilités d’une déviation poétique. À la Villa Arson, il proposera un projet spécifiquement conçu autour d’un bâtiment de Le Corbusier à la Sainte-Baume. La construction, aujourd’hui délabrée, devait à l’origine faire partie d’un vaste lotissement, « La Cité permanente ». »
(extrait communiqué de presse de l’exposition)

Simon Starling est né en 1967.
Il vit et travaille à Glasgow et à Berlin.