Sylvie Blocher

« Sylvie Blocher multiplie dans ses installations les signes susceptibles de tenir à distance son public. Une paroi de verre, un appareil optique (longue-vue ou stéréoscope), ou bien encore les murs où s’enclosent, dans un espace réservé, les éléments de l’oeuvre : c’est chaque fois un seuil qu’il nous faut franchir et par lequel nous croyons avoir accès à la chose même, qui pourtant ne se livrera pas. Quiconque approche l’une de ces oeuvre se heurte à sa structure quasi initiatique, aux espaces emboîtés, concentriques ou gigognes qui s’offrent au regard tantôt dans leur ensemble et tantôt dans leur succession. Le plus souvent, cet univers a l’apparence fonctionnelle et froide du monde industriel : il en retient le caractère lisse et satiné des parois d’acier, les volumes simples et géométriques évoquant un bunker, un haut-fourneau ou l’enceinte d’une usine atomique. »
(texte d’Eric Michaud, extrait de la publication)